+32486604423

©2018 by Didier Loyens. Proudly created with Wix.com

Création monétaire classique 

 

(histoire résumée et simplifiée)

Anciennement, les banquiers qui frappaient  la monnaie pour le compte du roi pouvaient garantir l’argent par le fait d’avoir une contrepartie en or, ce qui leur conférait un certain pouvoir de gestion.

Puis, en conservant les pièces d'or en échange d’écrits dans des livres de compte, les banquiers ont émis plus de lettres de change que d'or détenu !

Actuellement, l’or est remplacé par de l’argent fiduciaire (billets des Banques Centrales), et les lettres de change  sont remplacées par des chiffres sur votre compte qui sont internes et spécifiques à chaque banque : communément appelé argent scriptural.

Cette logique de créer plus d’argent que garanti est acceptée avec quelques réglementations ( des accords de Bâle) qui ne permettent pas d’éviter les crises financières. Car aussitôt proposées, elles sont détournées par des mécanismes de titrisation par exemple.

La création monétaire est principalement organisée par les banques privées et, pour 5-10%, par les Banques Centrales,  et non pas par les Etats comme beaucoup le pensent.

Les Banques Centrales sont les seules à pouvoir créer l'argent légal autorisé par le pouvoir politique et cet argent est sous la forme de billets et de pièces (argent fiduciaire).

La création monétaire par les banques privées est matérialisée par des chiffres sur votre compte (argent scriptural). Cet argent représente une dette de la banque envers vous. C'est de l'argent que vous pourriez réclamer à tout moment sous la forme de billets ou pièces.

Les banques tirent  un profit chaque fois qu’elles créent de l'argent  qu’elles ne possèdent pas. C’est pour cette raison qu’elles vous proposent de faire des crédits.  Le risque encouru par celles-ci est que nous réclamions tous ensemble des billets (seul argent légal) à la place des chiffres qui sont sur notre compte.

  • Quand l'économie va, les banques créent de l'argent par le crédit à juste titre.

  • Quand l'économie s'effondre, les banques n'accordent plus de crédit à juste titre.

  • Quand votre économie est forte elles vous prêtent de l'argent avec des taux avantageux.

  • Quand votre économie est faible elles vous demandent des taux d’intérêts plus élevés à juste titre.​​

 

Or la Banque Centrale c’est une autre institution, elle devrait servir à autre chose. Le politique  lui a donné son monopole et une mission :

  • maintenir une inflation max de 3%

  • créer les liquidités pour que l'économie tourne.

​Mais ne devrait-elle pas avoir une  fonction supplémentaire. Servir l'intérêt de l'humanité, en favorisant les économies les plus faibles et en cas de crise économique savoir intervenir.

La banque centrale devrait pouvoir injecter l'argent sans endetter  Et non elle vous endette toujours, c'est le seul mode de pensée actuelle!

 

Ceci n’est pas tout à fait nouveau dans une certaine mesure car Abraham Lincoln, né le 12 février 1809 dans le comté de Hardin au Kentucky et mort assassiné le 15 avril 1865 à Washington, D.C., déclara :

"Le gouvernement devrait créer, émettre et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour couvrir les dépenses du gouvernement et des consommateurs. En adoptant ces principes, des sommes immenses d'intérêts seraient épargnées aux contribuables. Le privilège de créer et d'émettre de l'argent est non seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c'est aussi sa plus grande opportunité créative."

 

 

« Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, est entre les mains de quelques hommes.Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité, mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants. »